Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 12:41

_ Je pourrais te tuer, si je le voulais, déclara brusquement le frêle Moustique à l’énorme Eléphant. »

 

_ Toi ? Moustique me tuer, moi Eléphant ! Mais tu ne t’es donc pas regardé dans une glace ? » répliqua l’Eléphant, en éclatant de rire.

 

_ Je te répète que, si je le voulais, il ne me serait pas difficile d’ôter la vie, malgré la disproportion de nos forces » riposta le Moustique.

 

_ Eh bien ! soit ! chétif insecte », dit l’Eléphant vexé de cette insistance.

 

_ Non, non, non, pas en plein jour repris le Moustique. Moi je ne me bats que la nuit. En attendant, je te préviens, aiguise bien ton grand coutelas, car la lutte sera longue et terrible. »

 

        La nuit venue, l’Eléphant se prépare au combat, cambre sa taille et attend de pied ferme, certain de vaincre.

         Comme il fait noir, il cherche son ennemie dans l’obscurité.

 

 _  Moustique, où es-tu ? Que je t’assomme. »

 _ Sur la tête de ta femme. »

 

Vlan ! un grand coup de couteau sur la tête de sa femme et celle-ci tombe morte, le crâne fendu.

 

_ Où donc es-tu, vil insecte ? »   

- Sur le cou de ta seconde femme. »
 

Vlan ! un autre coup de couteau tranche la tête de la seconde femme.
 

_  Encore une fois, où es-tu vilaine bestiole ? »
 

_ Sous le ventre de ton fils. »
 

       L’Eléphant qui commence à s’énerver, envoie un grand coup de couteau à son fils et lui ouvre le ventre. Encore un mort.

_ Mais enfin où es-tu, diable de Moustique ? »

_ Sous ton propre ventre espèce de sot. »

 

       De plus en plus furieux, et voulant en finir avec ce misérable avorton qui le défie et l’agace, lui le Roi du règne animal, l’Eléphant se loge son grand coutelas dans le ventre. Toutes ses entrailles sont à découvert et se répandent sur tout le sol, et bientôt lui-même s’écroule comme une masse et …expire, tandis que le Moustique victorieux va partout annoncer sa victoire…

 

        Moralité. – De tout cela, on peut retirer les conclusions suivantes : il ne faut jamais faire fi de personne !

        Nos ennemies les plus faibles sont parfois les plus redoutables.

       Quand on a peu de force, il faut de l’esprit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgard - dans Culture Gabon
commenter cet article

commentaires