Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 12:44

        Le Singe et la Tortue étaient amis. Un jour le Singe dit à la Tortue : «  viens donc manger chez moi demain. »
 

_  Oui » répondit la Tortue.

Le lendemain, elle se rendit  chez son ami. A son arrivée, le Singe et elle s’embrassèrent.

 

        Or, le Singe avait préparé des mets forts appétissants.
Mais le drôle les avait fait porter au haut d’un arbre.
Il dit donc à la Tortue : « Amie, monte le dîner est prêt. »

         La Tortue essaya de grimper. Mais peine inutile. Elle y perdait ses ongles l’un après l’autre.

         N’en pouvant plus, elle dit au Singe : « Ami, il m’est impossible de monter si haut. »

_ Essaie encore lui dit le Singe, tu y arriveras. »

         La Tortue essaya de nouveau, mais toujours en vain.
De guerre lasse, elle dit au Singe : «  Au revoir, ami ! je m’en retourne chez moi. Toi aussi, viens me voir demain. »

 

         Le lendemain, à l’heure du dîner, le Singe se mit en route pour rendre visite à la Tortue.

         A son arrivée, celle-ci l’embrassa, lui fit apporter un siège, puis ils se dirent bonjour et se donnèrent réciproquement des nouvelles de leur santé. Ensuite, elle ajouta : « Ami, voici de l’eau, lave-toi vite les mains le dîner est servi. »

 

         Le Singe qui sentait le bonne odeur des mets préparés par la Tortue, prit de l’eau pour se laver les mains. Mais elles étaient noires. Alors la Tortue lui dit : " Prends aussi un peu de sable et frotte-toi fort, tu verras que tes mains seront bientôt blanches ! "

 

         Le Singe se frotta les mains de toutes ses forces, mais sans succès. Voyant qu’il perdait son temps et que la sang coulait, il dit à la Tortue : « Amie, je te remercie de ton invitation, mais il ne m’est pas possible de me blanchir les mains pour me mettre à table. Au revoir. »
 

_ Au revoir répondit la Tortue, et surtout pas de rancune ! Je t’ai rendu aujourd’hui ce que tu m’as fait hier… »
 

         Ceci n’est qu’un conte : « mais que d’un bout à l’autre du village, les gens le retienne ! J’ai dit… Dusavu dwami du ènda kodu du ènda banda ! Gikokodo ! Kodo !
 

        Conclusion. – A trompeur, trompeur et demi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgard - dans Culture Gabon
commenter cet article

commentaires