Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 12:39

Le théâtre, on ne saurait trop le répéter, a de nos jours une importance immense, et qui tend à s’accroître sans cesse avec la civilisation même.
Le théâtre est une tribune. Le théâtre est une chaire. Le théâtre parle fort et parle haut.
Lorsque Corneille dit : pour être plus qu'un roi tu te crois quelque chose, Corneille, c'est Mirabeau.

Quand Shakespeare dit: to die, to sleep, Shakespeare, c'est Bossuet.

L'auteur de ce drame sait combien c'est une grande et sérieuse chose que le théâtre.
Il sait que le drame, sans sortir des limites impartiales de l'art, a une mission nationale, une mission sociale, une mission humaine.
Quand il voit chaque soir ce peuple si intelligent et si avancé qui a fait de Paris la cité centrale du progrès, s'entasser en foule devant un rideau que sa pensée, à lui chétif poète, va soulever le moment d' après, il sent combien il est peu de chose, lui, devant tant d'attente et de curiosité ; il sent que si son talent n'est rien, il faut que sa probité soit tout ; il s' interroge avec sévérité et recueillement sur la portée philosophique
de son oeuvre ; car il se sait responsable, et il ne veut pas que cette foule puisse lui demander compte un jour de ce qu' il lui aura enseigné.
Le poète aussi a charge d'âmes.
Il ne faut pas que la multitude sorte du théâtre sans emporter avec elle quelque moralité austère et profonde.
Aussi espère-t-il bien, dieu aidant, ne développer jamais sur la scène (du moins tant que dureront les temps sérieux où nous sommes), que des choses pleines de leçons et de conseils. Il fera toujours apparaître volontiers le cercueil dans la salle du banquet, la prière des morts à travers les refrains de l'orgie, la cagoule à côté du masque.

Il laissera quelquefois le carnaval débraillé chanter à tue-tête sur l'avant-scène ; mais il lui criera du fond du théâtre.
Il sait bien que l' art seul, l' art pur, l' art proprement dit, n' exige pas tout cela du poète, mais il pense qu' au théâtre surtout il ne suffit pas de remplir seulement les conditions de l' art.
Et quant aux plaies et aux misères de l'humanité, toutes les fois qu' il les étalera dans le drame, il tâchera de jeter sur ce que ces nudités-là auraient de trop odieux le voile d' une idée consolante et grave.

Il ne mettra pas Marion De Lorme sur la scène, sans purifier la courtisane avec un peu d'amour ; il donnera à Triboulet le difforme un cœur de père ; il donnera à Lucrèce la monstrueuse des entrailles de mère.
Et de cette façon, sa conscience se reposera du moins tranquille et sereine sur son œuvre.
Le drame qu'il rêve et qu'il tente de réaliser pourra
toucher à tout sans se souiller à rien. Faites circuler dans tout une pensée morale et compatissante, et il n'y a plus rien de difforme ni de repoussant.
 la chose la plus hideuse mêlez une idée religieuse, elle deviendra sainte et pure.
Attachez Dieu au gibet, vous avez la croix.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgard - dans Culture Livre
commenter cet article

commentaires