Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 14:59

L’Afrique centrale est un marché d’avenir pour les TIC : le taux de pénétration est de 14%.

La téléphonie mobile et l’usage de l’internet se sont développés en 2007 : 14 millions d’abonnés au téléphone pou une population estimée à 102 millions d’habitants.

 

Cependant en Afrique centrale les perspectives d’avenir ne sont pas les mêmes selon le pays.

 Ces perspectives sont très bonnes pour le Tchad,  la république centrafricaine et la République Démocratique du Congo. Intéressantes pour le Congo, le Cameroun, Sao-Tomé et la Guinée équatoriale.

 

Elles le sont beaucoup moins pour le Gabon, leader sur ce segment d’activité : 1.2 million d’abonnés pour le mobile, 40 mille lignes d’abonnés pour le téléphone fixe. Quand on sait que la population gabonaise compte à peu près 1.2 millions d’habitants, quoiqu’on dise officiellement, cela fait un mobile par habitant…

 

Pourquoi ?

La téléphonie mobile, au Gabon comme ailleurs en Afrique centrale, a réussi à capter une cible négligée ou ignorée par la téléphonie fixe qui souffre d’une très mauvaise qualité de service, d’infrastructures obsolètes. En un jour, on peut avoir un téléphone avec une ligne qui fonctionne, grâce au mobile. Avec le fixe, les délais de fonctionnement d’une ligne sont de neuf mois environ, entre le dépôt du dossier, du plan de votre habitation, du règlement, de l’installation de la ligne qui peut nécessiter l’implantation d’un ou de deux poteaux…

Par ailleurs, l’usage indirect d’internet se développe avec l’implantation de cybercafés, dont la clientèle privilégiée est constituée à plus de 50% d’inactifs (étudiants et élèves), suivis par les professions intellectuelles (enseignants, médecins, etc). Malgré tout, ils ne constituent que 2% des internautes dans la sous-région.

L’usage direct et privé d’internet se développera quand le coût des équipements informatiques (portables ou ordinateurs fixes) et le coût de connexion seront moins élevés.

Après les opérateurs économiques  Libertis, Zain (ancien Celtel), Moov, on annonce l’arrivée au Gabon d’Orange. On peut se demander à bon droit s’il y a encore des parts intéressantes de marché pour un quatrième opérateur. Mais comme un tel investissement n’a pas se faire sans étude de marché, comme disent les anglophones : « wait and see » !

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgard - dans Economie
commenter cet article

commentaires