Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 16:33

Cette semaine, du 26 au 30 janvier 2007, j'accueille deux enseignants stagiaires dans mes classes au Lycée d'Application Nelson Mandéla.

C'est l'occasion d'etre sous le regard critique de deux futurs collègues et de réfléchir sur mes méthodes pédagogiques et mes pratiques.

C'es l'occasion pour eux de comprendre que le métier d'enseignant est essentiellement affaire de pratique, c'est-à-dire que l'Ecole Normale Supérieure donne tous les outils techniques pour faire de quelqu'un un enseignant, mais rien ne vaut ce genre d'immersion dans le mileiu pour découvrir la varie vie de l'enseignant.

Avec mes élèves, depuis toujours, j'essaie de créer une relation horizontale, et non pas verticale (du type "le prof a toujours raison"). Une telle relation, quand elle existe, facilite la communication, l'échange entre mes élèves et moi; leur donne plus confiance en eux et en leur capacité à défendre leur point de vue face au prof.
Ainsi, les stagiaires ont observé que la TA2B2 est plus vivante, communique plus que la TB1 (lundi 26).Meme si, le lendemain (donc mardi, aujourd'hui), en TB1, ils ont été impressionné par les 3 derniers exposés sur des poèmes extraits de Vitriol bantu de Ferdinand Allogho-Oké (Vos voitures-là, Le caca). 
La capacité des 3 derniers duos d'élèves à exposer sans pratiquement regarder leur document les a surpris agréablement.

Quid de l'autorité du prof quand il n'y a plus de relation horizontale ? m'ont-ils demandé

J'ai essayé d'expliqué que cette fameuse autorité doit etre méritée par le prof. C'est le fruit d'une attitude, d'un comportement vis-à-vis des élèves: objectivité, rigueur, travail, attention.
Quand le prof se veut modestement un médiateur de connaissances, quelqu'un qui ne se prend pas pour un puits de science en face d'un abime d'ignorance, qu'il respecte les élèves et évite de les frustrer inutilement, mais les encourage à toujours s'exprimer et à mieux faire, alors le respect des élèves pour leur prof apparait et lui confère ainsi une certaine autorité, pour ne pas dire une autorité certaine.

Un indice intéressant est le fait que les élèves de votre classe soient nombreux à ne pas vouloir sécher le cours de français, car il s'y passe souvent quelque chose de nouveau.

Qu'est-ce qu'un bon prof de français ?
Un homme qui se connait, qui connait ses forces et ses faiblesses, d'une part.
Un homme qui a en tete l'image du professeur idéal, d'autre part.
Et qui travaille, chaque année scolaire et année après année à réduire la distance entre l'enseignant qu'il es et l'enseignant qu'il voudrait etre.

Edgard B. Bokoko

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgard - dans Education
commenter cet article

commentaires