Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 14:31

(Scène banale de la vie quotidienne : des véhicules sont immobilisés et la circulation interdite sur une autoroute pour le passage d’un cortège officiel)

 

Les véhicules étaient pressés les uns contre les autres. Tonalité continue des coups d’avertisseur désespérés. Des conducteurs, furieux d’attendre depuis des heures, descendaient de leur voiture pour s’invectiver, une manière comme une autre de canaliser leur agressivité. Un embouteillage monstre qui durait depuis plus de six heures ; direction Est et direction Ouest, des deux cotés de la voie qui, elle, au milieu, était vide, son asphalte noir et brillant reflétant parfois de manière aveuglante les rayons brùlants du soleil. La ligne jaune séparait la voie de celle du commun des mortels. Plus de lois, plus de moral, pensa Dioné. Il n’y avait plus que la raison du plus fort, seule, symbolisée par la machine qui glissait loin sur la voie. Une autre forme de jungle. La nouvelle civilisation.

-          J’te dis qu’aujourd’hui, nous n’avancerons pas, grogna Guiyou. Cela devait bien arriver un jour. Nous allons griller sur place.

-          Ils vont envoyer la garde, dit Dioné, sans conviction.
-          Pourquoi pas l’autorisation d’utiliser la voie, pendant que tu y es ? ricana Guiyou.
Tu veux que je te dise ce que nous sommes ? Des p’tits tas de merde qui aimeraient toujours rester des p’tits tas de merde parce que, tu vois, cette odeur de merde, nous avons fini par nous y habituer. Nous allons rester ici jusqu’à ce que nos os pourrissent dans ces ferrailles puantes et pendant que nous serons en enfer, nous les verrons passer sur la voie…Y en a qui disent qu’ils font parfois du 200 mille à l’heure. C’est d’sport cela. Tu n’trouves pas ? Y a rien de mieux que la vitesse pour les méninges. Tu fais la différence entre eux et nous, et tu découvres ce que nous avons dans la caboche.

-          Tu vas te taire nom de Dieu, hurla Dioné. Tu vas te taire ou je vais te foutre mon poing sur ta sale face de rat.

Partager cet article

Repost 0

commentaires