Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 13:18

Afrique

mère

me voici nostalgique

la nuit est mûre

aux obsèques du soleil

défunt

une moitié de mes souffrances

se fait ténèbres

je n’ai pas oublié l’âge

des nuits capricieuses

les regards de mon regard

au miroir de tendres rêves

effondrés

l’hymne du tam-tam sur les ondes

profanes

devenu message orphelin

et crispé aux coudes de l’espoir

déraillé

hélas

des hommes ont tenté de couper

mon nombril

pour me séparer de toi

mère

et notre dialogue

depuis le premier matin

de ma vie

est toujours troublé par des parasites.

Partager cet article

Repost 0
Published by Edgard - dans Culture Poésie
commenter cet article

commentaires

Charnet 08/04/2010 14:06



 très beau blog qui lmet en relation les lecteurs avec les textes des poétes gabonais. Merci de nous donner à lire de faire des reflexions relatives à l'importance de l'édition et de la
vulgarisation de ce que savent faire les plumes gabonaises et d'ailleurs. Merci pour ces mots vrais de Pierre Edgar M et du père de Biboubouah....



Edgard 10/04/2010 11:44



Tout le plaisir est pour moi.